Un chien et un chat sur deux serait en surpoids, bien souvent dans un total déni de leur propriétaire. Pourtant, “le surpoids et l’obésité réduisent l’espérance de vie du chat et du chien d’environ deux ans“, note le Dr Géraldine Blanchard.

Le problème est donc à prendre très au sérieux et nécessite la mise en place d’un régime adapté !

Malheureusement, il ne suffit pas de diminuer un peu la ration de croquettes et d’ajouter quelques légumes. La gestion du surpoids et de l’obésité nécessite un calcul précis des besoins de l’animal pour déterminer la bonne quantité de calories à absorber sans créer de carences alimentaires, notamment en protéines.

Le score corporel

Le score corporel ou BCS (Body Condition Score) a été développé en 1997 par Nestlé Purina. Dans ce système de notation de 9 points, les animaux qui ont une note d’état corporel de 1 sont beaucoup trop maigre, ils ne mangent généralement pas assez à cause de maladie ou de pauvreté. Ils ressemblent à des squelettes ambulants parce que leur mauvaise alimentation a conduit à l’atrophie musculaire en plus de la perte de graisse.

A l’extrémité opposé nous avons la note d’état corporel de 9. C’est l’animal qui ressemble à une saucisse rembourrée. Il a d’énormes dépôts de graisse sur le poitrail, au dos et à la base de la queue de telle sorte que son dos ressemble à une table plutôt qu’à un animal vivant. Il dispose également d’une distension abdominale évidente en raison de la présence de graisse.

Le score corporel

L’animal en situation idéale est noté entre 4 et 5, le score 4,5 étant considéré comme une silhouette athlétique. Les chiens et chats avec un corps d’un score de 5 ont des côtes et des vertèbres que vous pouvez facilement sentir. Vous pouvez apercevoir un creusement juste derrière les côtes quand vous regardez par le dessus, et de côté vous pouvez voir l’abdomen se creuser.

On estime que chaque point de score corporel correspond à 10% d’écart vis-à-vis du poids idéal.

Le surpoids, un problème difficile à gérer

Selon l’OMS, “le surpoids et l’obésité sont une accumulation excessive de graisse qui peut altérer la santé”.

On considère qu’il y a surpoids lorsqu’on atteint un dépassement du poids idéal de l’ordre de 15%. Au-delà d’un dépassement de 20% on parle alors d’obésité. Pour exemple, avec un chien de 35 kg poids idéal, il y a surpoids à partir de 40 kg. Autre exemple, avec un chat de 4 kg poids idéal, il y a surpoids à partir de 4,5 kg.

L’origine du surpoids peut avoir deux origines pouvant se combiner :

  • un apport énergétique trop important par surconsommation alimentaire (friandises, ration en excès…)
  • une réduction des besoins (stérilisation, baisse d’activité physique…)

Une fois installé, le surpoids est difficile à combattre car le corps de l’animal s’auto-entretient. La masse graisseuse faisant office d’isolation thermique, l’animal a de moins en moins besoin de calories pour garder sa température corporelle ce qui diminue son besoin énergétique et donc son besoin alimentaire. Le tout étant couplé avec une baisse d’activité physique, vous avez tous les ingrédients pour ne pas faciliter le régime…

Des conséquences sur la santé

L’embonpoint est encore considéré à tort comme “une bonne chose” preuve d’une bonne alimentation et de bien être… mais il n’en est rien. Un animal en surpoids n’est pas en bonne santé.

Le surpoids augmente le risque pour certains problèmes de santé spécifiques :

  • perte de vivacité
  • moindre endurance physique
  • intolérance à la chaleur
  • syndrome inflammatoire chronique
  • diminution de l’espérance de vie
  • maladies cardiaques
  • altération de la fonction hépatique
  • arthrose, lésions et douleurs articulaires

Des études sur des chiens en surpoids ont montré une augmentation de la libération de molécules inflammatoires et une diminution de la libération de molécules anti-inflammatoires par rapport aux chiens maigres.

Une étude datant de 2019 de la Clinical Sciences of Companion Animals (Netherlands) montre l’influence d’un régime riche en protéines sur les concentrations de leptine et d’adiponectine chez les chiens en surpoids. Une nourriture riche en protéines permettrait d’obtenir un changement métabolique bénéfique sans devoir attendre la perte de poids.

Jabba le surpoids chez le chat

Trouver une alimentation adaptée

La première étape consiste à déterminer le poids optimal à atteindre et se fixer des objectifs réalistes.

Des croquettes light, et plus généralement une alimentation adaptée à un animal en surpoids, doivent être digestes et surtout riches en produits animaux et protéines de qualité.

Un animal au régime doit manger moins. Mais diminuer sa ration revient à réduire également l’apport en nutriments, y compris les nutriments essentiels. Un animal au régime conserve les mêmes besoins en protéines, en acides gras, en minéraux et en vitamines que les autres. Il lui faut donc une croquette light qui sera plus concentrée en nutriments de qualité, avec un rapport protido-calorique (RPC) qui répond à ses besoins.

Très souvent, les propriétaires de chien et chat diminuent la ration de croquettes et ajoutent des légumes pour “compenser”. Mais cette technique très répandue n’est pas sans conséquence si la réduction de croquettes est trop importante. Le but est d’éviter que la diminution des quantités provoque des carences.

Choisir une croquette light

Une croquette light doit avoir une densité énergétique faible, inférieure à 360 kcal pour 100 g.

Une croquette light doit contenir un rapport protido-calorique d’au moins 100 (chien) et 120 (chat). Plus étant toujours mieux surtout si votre animal est stérilisé et en surpoids. Tout ceci afin de préserver la masse maigre et éviter l’effet rebond dans les cas du surpoids.

Elle est aussi une croquette pauvre en glucides, car le métabolisme des animaux en surpoids ou obèses ne digère plus le glucose correctement. Ceci peut aboutir à une pathologie grave : le diabète non insulino-dépendant ou diabète de type II. Mieux vaut contrôler le taux de glucides et qu’il soit inférieur à 30%.

Une croquette light est également une croquette limitée en minéraux et notamment en calcium (idéalement inférieur à 1,5%) et phosphore (idéalement inférieur à 1%). Le surpoids et l’obésité favorisent l’apparition de certains troubles urinaires. Notamment les urolithiases comme les calculs d’oxalate de calcium. Elles peuvent avoir des effets négatifs sur la fonction rénale en entraînant des insuffisances rénales aigues.

Elle est complémentée en anti-oxydant (oméga 3, vitamine E), surpoids et obésité entraînant un état inflammatoire et des troubles aussi bien articulaires (arthrose) que cardio-vasculaires. On va donc viser un produit qui offre un rapport entre Oméga 6 et Oméga 3 inférieur à 5. Ainsi qu’un apport efficace en chondroprotecteurs (chondroïtine, glucosamine) pour soutenir les articulations.

Au-delà des croquettes, l’alimentation d’un animal en surpoids doit être riche en eau pour favoriser une bonne dilution des urines et donner une sensation de satiété. Plusieurs pistes s’offrent à vous : réhydrater les croquettes, passer à la ration ménagère ou à une alimentation mixte croquettes/pâtée, voire simplement ajouter des légumes comme des courgettes ou des haricots verts bien cuits aux rations.

Réduire l’apport en matières grasses

La réduction des apports en matières grasses est LA mesure traditionnelle recommandée dans le cadre d’un régime, mais il existe d’autres méthodes.

C’est le plus souvent un aliment donné sous la forme de croquettes qui sera plus ou moins restreint en calorie. Mieux vaut viser entre 10 à 14% de matières grasses en fonction de l’intensité du poids à perdre. Il est vrai que réduire l’apport en matières grasses est important dans le cadre d’un régime. Un aliment fournissant davantage de calories à partir des graisses aura tendance à plus favoriser la rétention du poids corporel et des graisses corporelles même si la consommation totale de calories est réduite.

Des aliments riches en fibres solubles

Les formulations des aliments dédiés aux animaux en surpoids, et des croquette light notamment, contiennent très souvent des fibres solubles. Lorsqu’elles sont de bonne qualité, elles ont plusieurs avantages.

Théoriquement, les fibres alimentaires contribuent à engendrer une perte de poids. Comment ?

En diluant les calories, en augmentant la satiété et en limitant la consommation de nourriture grâce à la présence d’un volume plus important au niveau du tractus gastro-intestinal. En réduisant la biodisponibilité des calories en diminuant l’absorption et la digestion des graisses, des protéines et des glucides solubles.

Nombre d’effets des fibres alimentaires dépendent du type, de la forme et de la quantité des fibres utilisées. Selon leur forme, leur type et leur quantité, les fibres peuvent entraîner quelques effets indésirables, comme des selles plus importantes, des inconforts ou des inflammations digestives.

Les légumes apportent des fibres et très peu de calories. Ils ne remplacent par les vitamines, minéraux et protéines qui sont apportés par les croquettes. Les légumes ne vont servir qu’à une seule chose : favoriser la satiété.

Des outils pour vous aider

Un calculateur de poids idéal est disponible en cliquant ici. Il vous aidera à déterminer le poids de forme de votre chien ou de votre chat. Connaître le poids idéal (poids de forme) de son animal est très important car c’est celui-ci qui est utilisé dans tous nos autres calculateurs !

Les calculateurs de ration croquettes et pâtées peuvent également vous être très utiles. Ils prennent en compte l’état corporel de votre animal et vérifient notamment si les besoins en protéines sont couverts. Le calcul précis de la quantité de croquettes/pâtée permet de faire maigrir doucement mais sûrement votre chien ou votre chat.